Investir dans une SCPI de déficit foncier

de | 1 novembre 2013

MalrauxCe type d’investissement répond bien à la problématique des personnes ayant des revenus fonciers positifs et situés dans les tranches hautes de l’impôt sur le revenu. Les revenus fonciers doivent toujours être considérés comme étant fiscalisés dans la tranche la plus élevée d’un contribuable.

Pour peu que l’on soit dans une TMI de 41% (auxquels il faut rajouter les 15,5% de CSG) l’impact des revenus fonciers dans l’impôt à payer devient particulièrement lourd. Pour réduire ces revenus fonciers il faut donc générer du déficit en réalisant des travaux. Quand cela n’est pas possible ou nécessaire sur son propre immobilier, il faut s’intéresser aux SCPI de déficit foncier.

Parmi les quelques SCPI de déficit foncier du marché, je vous propose de regarder plus particulièrement celle d’Inter-Gestion, la SCPI Grand Paris Pierre.

Présentation de la SCPI

Elle a pour objet l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier locatif ancien à usage d’habitation à rénover. La SCPI peut également acquérir des locaux commerciaux, professionnels ou à usage de stationnement dans la limite de 20% des fonds collectés.

  • Les biens ou immeubles acquis se situeront dans la zone dit du « Grand Paris », périmètre le plus dynamique de France bénéficiant de l’attractivité de la capitale.
  • A titre occasionnel, la SCPI pourra investir dans des villes attractives situées en dehors de cette zone.

Modalités avantage fiscal

  • Pendant 3 ans, le souscripteur pourra déduire de ses revenus fonciers (ou à défaut de son revenu global dans la limite de 10 700€ ), les dépenses de travaux des biens immobiliers qui seront détenus par la SCPI.
  • Investir dans la SCPI Grand Paris Pierre permet à l’investisseur, grâce au mécanisme du déficit foncier (régime de droit commun) de bénéficier d’une économie fiscale sur les revenus fonciers pouvant atteindre 25%* du montant de l’investissement.

Points clés

L’accès à un portefeuille immobilier en région parisienne à partir de 2 000 €

  • Une réduction d’impôts pouvant atteindre 25%* du montant de l’investissement
  • Un outil patrimonial efficace permettant d’annuler jusqu’à 11 années de revenus fonciers
  • Investissement non soumis au plafonnement des niches fiscales et au plafonnement global

Exemple

Prenons le cas d’un foyer fiscal soumis à une TMI de 41% et disposant de revenus fonciers d’un montant de 18 000 €.

Il souscrit 200 parts à 500€ soit 100 000€.
Son taux marginal d’imposition est de 41%. Avec une CSG à 15,5% la fiscalité est de 56,5%
La quote-part cible de travaux sur le total souscrit est 42,5% soit un montant de 42 500€.
Les travaux sont imputables sur 3 ans avec la répartition suivante :
  • 16% en 2013 soit 6 800€
  • 42% en 2014 soit 17 850€
  • 42% en 2015 soit 17 850€
L’économie d’impôts en 2013 sera de 42 500€*16%*56,5% soit 4 114€
L’économie d’impôts en 2014 sera de 42 500€*42%*56,5% soit 10 799€
L’économie d’impôts en 2015 sera de 42 500€*42%*56,5% soit 10 799€

soit un total pour les 3 années de 24 013€ soit une économie d ‘impôts de 24,01%

Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à me contacter
ou me laisser un message à l’aide du formulaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *