métier

Lors des réunions professionnelles auxquelles je participe, je suis toujours surpris de l’importance accordée aux évolutions de l’actualité boursière.

Pourtant je pense que le travail de conseil en gestion de patrimoine, de CGP donc, ne se limite pas à l’analyse de l’économie et de la bourse.

L’essentiel est ailleurs, la vision du patrimoine est long terme et stratégique.

Car en fait, au bout du compte, qu’attendent mes clients de notre collaboration ?

En fait, c’est de leur dire ce qu’il faut qu’ils fassent pour organiser leur présent et ce qu’il faut qu’ils fassent pour préparer leur avenir. C’est tout et c’est déjà pas mal…

Cela suppose de bien connaître ses clients et leurs objectifs et de bien connaître les outils qui permettent d’atteindre ces objectifs. Ce qui n’est pas aussi facile que ça…

Pas aussi facile que ça car :
Il « suffit « de tout savoir sur tout ce qui touche à l’argent, comment le gagner, comment le placer, comment éviter de le faire se taxer, comment le faire fructifier, comment le partager, comment le donner.

Pas aussi facile que ça car :
Regardez autour de vous, parmi vos proches et vos relations, vous vous rendrez compte que chacun a des relations différentes à l’argent, depuis le désintérêt affiché jusqu’à la véritable expertise.

Pas aussi facile que ça car :
Il ne suffit pas de créer de la valeur, il faut aussi créer du bon argent (celui qui n’est pas trop fiscalisé), il faut aussi que cette création de valeur puisse être matérialisée en espèces sonnantes et trébuchantes, il faut que cette création de valeur soit conforme aux objectifs du client, à son âge, à ses convictions éthiques, philosophiques, politiques..

Pas aussi facile que ça car :
En fait il « suffit » de connaître les lois, la fiscalité et de posséder beaucoup de ce qui parait-il est pourtant le mieux partagé, de posséder beaucoup de bon-sens.

2 réflexions au sujet de « métier »

  1. JASSELIN

    Bonjour,
    Jeune diplômée je m’intéresse fortement aux métiers de CGP. Pourriez vous m’expliquer les différentes connexions entre vous et les autres parties prenantes? banque, clients, conseiller financier, agence de communication financière, entreprises…
    J’avoue ne pas cerner tous les détails de cette profession qui me plait énormément.

    Cordialement
    A. JASSELIN

    Répondre
    1. Jean-Yves BESSENAY Auteur de l’article

      Bonjour,
      Merci de votre intérêt et de me solliciter. C’est difficile en qqs mots de vous répondre.
      Le CGP doit élaborer pour chacun de ses clients une stratégie patrimoniale, fiscale et financière puis la mettre en place et en assurer le suivi. Et pour cela, il doit cumuler plusieurs aptitudes. Au départ, il opère en tant que conseil, usant soit du statut de conseil en investissements financiers (CIF), soit de la compétence juridique appropriée (CJA). Dès que le client a accepté la stratégie proposée, il passe à l’intermédiation et lui propose les investissements correspondants. Il est alors courtier d’assurances, agent immobilier et/ou démarcheur bancaire et financier.
      Voila en quelques mots.
      Vous pouvez utilement écouter l’interview de Patrice PONMARET qui préside la Chambre des Indépendants du Patrimoine à laquelle j’appartiens.
      Bien cordialement.

      Répondre

Répondre à Jean-Yves BESSENAY Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *